Philippe-Joseph Salazar : derrière les mots du « Califat »

INTERVIEW/ANALYSE. Dans Paroles armées. Comprendre et combattre la propagande terroriste (Lemieux, 2015), le philosophe et rhétoricien Philippe-Joseph Salazar développe un point de vue original : s’attacher aux mots et aux...
Gérard Cambon pour Lemieux Éditeur, 2015

INTERVIEW/ANALYSE. Dans Paroles armées. Comprendre et combattre la propagande terroriste (Lemieux, 2015), le philosophe et rhétoricien Philippe-Joseph Salazar développe un point de vue original : s’attacher aux mots et aux concepts de l’ennemi pour définir ses objectifs et sa représentation du monde. En regard, l’auteur nous invite à être prudent dans le choix des termes que nous employons : par exemple, « Califat » est préférable à « État islamique ».

 

 

Sur le califat en tant qu’entité politique :

« Nous sommes au cœur du politique. L’ambition du Califat est de reconstituer un peuple de Dieu. C’est donc une forme du populisme. C’est cela la formation d’un mouvement révolutionnaire ».

Sur le basculement dans le djihadisme :

« On ne devient pas djihadiste parce qu’on est malade mental, marginal, mal dans sa peau ou dans sa famille. C’est une manière de parcellariser l’individu ».

 

IMG_0033

 

Sur la manière dont les partisans du Califat perçoivent la France :

« Nombre de textes du Califat définissent notre position en France comme étant une position terroriste. En conséquence, les djihadistes qui agissent sur notre territoire [se pensent comme] des résistants, des partisans ».

Sur les mesures efficaces pour lutter contre le Califat :

« Nous pensons qu’un Premier ministre qui « twitte » ou un Président de la République qui « facebook », ça suffit. Non, ça ne suffit pas ! Il faut de grands actes de présence oratoires ».

 

« Je regrette que nous ne mettions pas à la disposition des élèves de première et de terminale les textes du Califat. Nous savons analyser des textes ! ».

 

Cette interview est également disponible en podcast ici.

Categories
ANGLE MORT (#analyses)

Fondateur et directeur de RESET Webzine. Ancien chargé de projets Médias au Centre d'études et de recherches internationales de l'Université de Montréal (CERIUM), je suis journaliste indépendant et travaille comme attaché de production à RFI. Je posséde un Master d'histoire contemporaine de l'université Paris-Sorbonne et un DESS de journalisme de l'université de Montréal. #international #Moyen-Orient

Vous aimerez aussi