Aux sources de l’islamisme – Gilles Kepel : « Chez les salafistes, ça marche à l’envers »

INTERVIEW/ANALYSE. Gilles Kepel est politologue, professeur à Sciences Po Paris, spécialiste de l’islam et du monde arabe contemporain. Son dernier livre : Terreur dans l’hexagone. Genèse du djihad français aux éditions...

INTERVIEW/ANALYSE. Gilles Kepel est politologue, professeur à Sciences Po Paris, spécialiste de l’islam et du monde arabe contemporain. Son dernier livre : Terreur dans l’hexagone. Genèse du djihad français aux éditions Gallimard. RESET a tenu à interviewer Gilles Kepel l’islamologue, moins sollicité par les médias, afin de décrypter l’idéologie islamiste. Dans la deuxième partie de l’entretien, c’est un Gilles Kepel plus polémique, qui répond notamment aux chercheurs Marwan Mohammed, Olivier Roy et Emmanuel Todd

Partie 1 : le Coran, les hadiths et les islamistes

« Les salafistes ont tendance à faire prévaloir dans l’enchaînement des argumentations le hadith. C’est très fréquemment, même presque toujours, du hadith, qui est présenté d’abord. Le verset [coranique] viendra ensuite parce que le verset est trop flou pour eux. Et il faut toujours la norme la plus contraignante ».

« Tel quel, le verset mis en contexte à travers le hadith va justifier la transhistoricité de leur comportement. Les gens de Daech se comporteront avec les femmes Yézidis en 2014 de la même manière que se comportaient des soldats musulmans qui capturaient des femmes dites infidèles au VIIIème siècle ».

Partie 2 : Gilles Kepel, un optimiste « à qui on ne la fait »

« En 2000, je ne pouvais pas imaginer comment se mettrait en place le deuxième âge de l’islamisme, la deuxième génération, c’est-à-dire Ben Laden, de 1998 à peu près à 2005, (…) et moins encore celle dans laquelle nous sommes aujourd’hui qui commence en 2005 avec Abou Moussab Al-Souri [théoricien du djihad diffus et généralisé promu par le groupe Etat islamique] ».

Lire notre dossier : « Comprendre le djihadisme français »    

« Les [islamistes] se drapent dans l’islamophobie pour dire que toute critique contre eux est une critique contre l’ensemble de l’islam ».

« A qui s’identifient la plupart des musulmans français ? Aux égorgeurs ou plutôt aux musulmans, comme eux, égorgés par des fanatiques ? ».

« Depuis 5 ans, je ne peux plus former de spécialistes du monde arabo-musulman à Sciences Po ».

Ecouter l’interview dans son intégralité :

Cette interview est également disponible en podcast ici.

Categories
ANGLE MORT (#analyses)

Arnaud Chaussignand est rédacteur, membre de l'équipe de RESET Webzine. Alexandre Serres est journaliste, fondateur et directeur de RESET Webzine.

Vous aimerez aussi