Couple : est-on vraiment fait pour vivre ensemble ?

CHRONIQUE. Audrey s’interroge à propos de la vie à deux. N’est-ce pas un tue-l’amour ?   Voilà tout juste un an que je découvre la vraie vie de couple....

CHRONIQUE. Audrey s’interroge à propos de la vie à deux. N’est-ce pas un tue-l’amour ?

 

Voilà tout juste un an que je découvre la vraie vie de couple. J’entends par là, partager le même appartement et, donc, le quotidien de l’être aimé. Au début c’est tellement excitant ! On se sent avancer dans sa relation, mais aussi dans sa vie personnelle. On se dit qu’on prend de la maturité, que l’on est enfin adulte et que l’on construit quelque chose de durable et concret. Puis c’est aussi redécouvrir sa moitié que de partager tout ça, on va l’aimer du vrai amour, tendre et tout ce qu’il y a de plus pur.

C’en est même énervant de se disputer pour ce genre de choses, tellement ennuyeuses. Et toutes ces petites contrariétés réunies finissent par rendre inévitable la lente agonie du sexe.

Mais c’est sans compter sur la réalité… Ce qu’on découvre surtout, c’est que son cher et tendre laisse des poils un peu partout dans la salle de bain, ne sait pas comment éplucher une courgette, ou ne connaît pas cet objet pratique qu’est l’aspirateur. Lui, doit sûrement s’étonner de la place qu’une fille peut prendre dans un placard, de toute l’organisation névrotique dont elle fait preuve, et les cheveux qu’elle perd par milliers chaque jour.

Bref, après cette merveilleuse aventure de vie à deux, où j’en ai appris long sur moi-même et sur l’amour, je n’ai pu que constater que nous, les hommes et les femmes, sommes pas mal différents dans la façon de fonctionner au quotidien ou de voir les choses. C’est pourquoi j’en suis venue à me questionner. Est-on vraiment fait pour vivre ensemble ? Pas seulement lui et moi. Non, je parle d’une manière générale. Est-ce que cette différence de sexe est telle que la vie à deux peut être vraiment trop pesante ? Mais, surtout, pourquoi il n’est socialement pas admis de vivre simplement séparément, même après 3-7-15-49 ans d’amour ?

Quand j’évoque la possibilité d’une relation vécue chacun chez soi, cela ne veut pas forcément dire “couple libre”. Ne pas vivre ensemble ne signifie pas forcément “tromper”.

Vivre séparément, c’est vivre comme chacun l’entend dans le fond. Plus de bataille en ce qui concerne le ménage, la cuisine, la lessive, les courses, le lit qui n’est pas fait, la cuvette des toilettes qui n’est pas baissée (les exemples ne manquent pas) etc… C’en est même énervant de se disputer pour ce genre de choses, tellement ennuyeuses. Et toutes ces petites contrariétés réunies finissent par rendre inévitable la lente agonie du sexe.

Attention qu’on ne se méprenne pas. Quand j’évoque la possibilité d’une relation vécue chacun chez soi, cela ne veut pas forcément dire “couple libre”. Ne pas vivre ensemble ne signifie pas forcément “tromper”. 

Parfois, quand j’y pense, j’envie Simone de Beauvoir. C’était un peu leur deal avec Sartre. Bon, le libertinage en plus, c’est vrai. Je ne vais pas non plus vous mentir, c’est aussi un risque à prendre quand l’on choisit de vivre ainsi. Il ne peut pas y avoir que des avantages… Et c’est justement la distance qui pourrait faire durer le désir.

Je vais même vous faire une confession : mon rêve serait de vivre en couple, mais avec chambre et salle de bain séparées.

On se retrouve chez l’un ou chez l’autre, quand on veut. On est toujours présentable (je fais référence ici aux soirées netflix and chill en couple qui se conjuguent très souvent avec pyjama, cheveux gras et petit gaz… Sexy.). Je vais même vous faire une confession : mon rêve serait de vivre en couple, mais avec chambre et salle de bain séparées. Toutes les autres pièces seraient communes, bien entendu, mais on aurait nos appartements respectifs. Ça éviterait bien des complications.

Quand j’en parle autour de moi, je me sens très rarement comprise. Les gens sont limite outrés que je puisse penser ainsi. Qu’ils sont étroits d’esprit ! C’est plutôt moi qui devrais m’insurger. 

Jugez-moi si ça vous chante, mais, au fond, je sais que ça vous tenterait bien s’il n’y avait pas cette pression sociale écrasante.

Categories
TOTEM & TABOU (#chroniques)

Rédactrice. Je vis à Montréal où je travaille dans la com'. Je suis diplomée en Lettres modernes et publicité. Mon rêve ? Créer ma boite de pub et relations publiques. #expériences #photos

Vous aimerez aussi